En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus

Défricheurs du social

Défricher le social au grand air plutôt que cultiver son jardin bien à l’abri : ainsi pourrait-on résumer le désir porté par ce blog, animé par les membres du Centre Etudes & Prospective du Groupe Alpha et ouvert aux contributions des consultants et des partenaires du Groupe. Sans réponses préconçues mais avec l’intention de proposer des réponses pertinentes, le blog abordera, dans un esprit de controverse argumentée et productive, la diversité des questions couvertes par le champ social.

Posté le Mardi 24 novembre 2020 |
Alice Rustique

Le plan de relance parviendra-t-il à stimuler l’emploi ?

Le choc du Covid-19 sur l’économie française est d’une brutalité sans précédent. Les entreprises sont très fragilisées et les plans de restructurations se multiplient, avec de lourdes conséquences pour l’emploi. Au premier semestre, l’économie a déjà perdu près de 715 000 postes, soit la plus forte destruction d’emplois sur un semestre depuis 1970. Dans le plan France Relance, les mesures en faveur de l’emploi, chiffrées à 15 milliards d’euros, se composent principalement de dispositions sur le chômage partiel de longue durée, sur l’emploi des jeunes et sur la formation professionnelle. Bien qu’elles soient importantes et qu’elles relèvent de plusieurs dimensions, elles restent sous-calibrées par rapport aux destructions d’emplois à venir. Et, dans une conjoncture dégradée, leur effet sur l’emploi risque de ne pas être maximum en raison notamment d’une absence de conditionnalité pour l’activité partielle de longue durée et d’effets d’aubaine pour les primes à l’embauche. On peut ainsi douter de leur capacité à répondre pleinement à la perspective d’une dégradation durable du marché du travail et d’un chômage de masse à venir. Lire la suite
Posté le Mercredi 18 novembre 2020 |
Nicolas Fleury

Une relance de la consommation devenue inévitable

Le plan France Relance ne prévoit rien pour relancer ou soutenir spécifiquement la consommation des ménages. Celle-ci a fortement rebondi après le déconfinement pour atteindre un niveau supérieur à la situation d’avant-crise sanitaire, avant de baisser significativement en septembre. Si le gouvernement semblait faire le pari d’une consommation alimentée par le surplus d’épargne du premier confinement, la contribution durable de la consommation à la reprise économique apparaît limitée à la fois par l’absence de mesures incitatives destinées aux ménages modestes et du fait des mesures de restriction de l’activité liées à l’épidémie de coronavirus. Le reconfinement rend encore plus caducs les espoirs d’une reprise autonome et durable de la consommation. Dans ces conditions, sa relance devient inévitable. Lire la suite
Posté le Mardi 10 novembre 2020 |
Nicolas Fleury, Natacha Seguin

Accords-cadres européens sur les restructurations : quels impacts sur les filiales françaises ?

Dans un contexte de décentralisation de la négociation vers les entreprises et de recentralisation de la négociation au niveau de l’entreprise, l’application nationale des accords transnationaux devient un enjeu de localisation du dialogue social. C’est pourquoi le Centre Etudes & Prospective du Groupe Alpha, en partenariat avec l’IRES, s’est intéressé à l’articulation de la négociation transnationale avec l’ensemble des normes et des pratiques de l’entreprise au niveau national. Ce billet présente certains des résultats saillants de ce travail. Si le degré d’antériorité du dialogue social crée une dépendance au sentier en matière de négociation transnationale, la signature d’accords-cadres européens (ACE) se caractérise par une grande diversité de motivations. L’effectivité de ces accords, et donc de leurs modalités d’application et d’appropriation par les acteurs, apparaît alors comme une question cruciale. Elle est toutefois loin d’être garantie. Lire la suite
Posté le Lundi 12 octobre 2020 |
Nicolas Fleury

Un plan jeunes ambitieux mais insuffisant contre la précarité

Sur les 100 milliards d’euros du plan France Relance, 6,5 milliards d’euros sont consacrés spécifiquement aux jeunes. Mises en œuvre sur deux ans, ces mesures visent à soutenir l’arrivée prévue de près de 800 000 jeunes sur le marché du travail en septembre 2020 face à la destruction de 800 000 emplois prévue d’ici la fin de l’année. Le plan jeunes représente un financement massif. Ses mesures couvrent une large palette de situations et vient à répondre à des besoins de soutien immédiats. Toutefois, son manque d’articulation avec le reste du plan de relance interroge et l’absence d’un filet de sécurité ne permettra pas à de nombreux jeunes d’éviter de basculer dans la pauvreté. Lire la suite
Posté le Mardi 1 septembre 2020 |
Antoine Rémond, Alice Rustique

L’accord budgétaire européen, un moment fédéral

Le plan de relance français, qui sera présenté le 3 septembre, s’élève à 100 milliards d’euros. Une partie de ces dépenses sera financée par des fonds européens issus de l’accord budgétaire conclu le 21 juillet. Cet accord porte sur le budget de l’Union pour la période 2021-2027 et sur un plan pour la relance, baptisé Next Generation EU. Celui-ci s’ajoute au plan de crise décidé en avril (le Pandemic Crisis Support) et représente un montant de 750 milliards, composé de prêts pour 360 milliards d’euros et de subventions pour 390 milliards d’euros. Cet accord est historique car il instaure un principe de mutualisation des dettes et de solidarité budgétaire temporaire sous forme de transferts aux États. Il reste néanmoins limité compte tenu de l’ampleur de la récession. Il s’agit d’un accord de crise qui n’évitera pas le fait que la relance passe par l’endettement des États. Lire la suite
Posté le Jeudi 14 mai 2020 |
Alain Petitjean

Sortie de crise : de nouvelles formes de mobilisation de l’épargne à inventer

Selon l’OFCE, les Français auraient accumulé une épargne forcée de 55 milliards d’euros en huit semaines de confinement. Leur revenu est souvent maintenu alors qu’une bonne part de leurs occasions de dépenses s’est tarie. Dans le même temps, l’Etat et les organismes sociaux envisagent un dérapage budgétaire d’au moins 115 à 150 milliards d’euros combinant pertes de recettes fiscales et sociales, et mesures de soutien à l’emploi (chômage partiel, garde d’enfants, etc.) ou aux entreprises (différés et allègements de charges).
Au-delà du recours immédiat à l’endettement, à des taux heureusement très favorables, se pose donc la question de la mobilisation de l’épargne intérieure. Plusieurs scénarios sont envisageables, dont les effets peuvent fortement différer. Lire la suite
Posté le Mercredi 6 mai 2020 |
Alain Petitjean

En sortie de crise, quelles solutions pour l’emploi ?

Après le déconfinement, une relance de la production économique devra s’organiser, et avec elle un retour à l’emploi des travailleurs ayant perdu leur poste, ou le retrouvant après une longue suspension. Dans le débat public sont apparues rapidement des exhortations au « travailler plus » sous trois formes : une hausse du temps de travail via une réduction des jours de congé et de réduction du temps de travail (RTT), une baisse des salaires, une remise en cause des 35 heures. Faire travailler plus les salariés en emploi est alors présenté comme une mesure de bon sens. Nous verrons au contraire qu’il n’en est rien et que le retour de ces antiennes n’a pas lieu d’être considéré. Lire la suite
Posté le Jeudi 30 avril 2020 |
Claire Blondet, Nicolas Fleury, Antoine Rémond, Alice Rustique

Du confinement à l’après coronavirus, améliorer l’encadrement collectif du télétravail

L’entrée en vigueur du confinement s’est traduite par une progression spectaculaire du télétravail. Alors que 3% des salariés pratiquaient le télétravail en 2017, celui-ci concernerait désormais un quart des salariés (DARES enquête ACEMO avril 2020), conduisant à une pratique massive et soudaine, exercée en dehors de tout encadrement. Les entreprises déjà couvertes par un accord de télétravail, qui représentaient 1% des salariés en 2017, peuvent en revanche s’appuyer sur ce cadre mais elles sont contraintes de ne l’appliquer que partiellement en raison du confinement. Cette situation soulève un certain nombre de questions.
Dans la perspective d’un développement du télétravail, une amélioration de son encadrement collectif apparaît nécessaire. Celle-ci prendra des formes différentes selon les entreprises : détermination de règles de fonctionnement dans les entreprises qui n’y recouraient pas jusqu’à maintenant ; prise en compte de certaines limites et de blocages constatés à l’occasion du confinement dans les entreprises déjà couvertes par un accord. Lire la suite
Posté le Mardi 28 avril 2020 |
Luc Bérard de Malavas, Philippe Gervais, Antoine Rémond

Chômage partiel : pour une acquisition de droits à retraite au régime général

L’activité partielle ne permet pas d’acquérir de droits à la retraite au régime général, excepté pour le cas particulier de l’indemnité complémentaire éventuellement versée par l’entreprise pour les salaires supérieurs à 4,5 SMIC. Cette situation n’est pas logique car le chômage permet d’acquérir des droits au régime général, ce qui est également le cas de l’activité partielle dans le régime complémentaire Agirc-Arrco. Pour de nombreux salariés, il pourrait en résulter une baisse du montant de la pension qui toucherait davantage les salariés les plus modestes. C’est pourquoi, dans la logique de l’Agirc-Arrco, nous proposons un régime d’acquisition de droits à retraite reposant sur une validation de trimestres et des salaires portés au compte sur la base du salaire perdu. Lire la suite
Posté le Mardi 28 avril 2020 |
Alain Petitjean

Les conditions pour une sortie de crise réussie

La sortie de la crise économique actuelle dépendra de l’attitude des acteurs économiques de terrain et de leurs anticipations. Cette sortie de crise reste à inventer, ou du moins à mieux baliser. Deux enjeux nous paraissent devoir être mieux éclairés pour esquisser un redémarrage efficace et si possible rapide de la machine économique. Le premier est financier et concerne l’orientation du crédit pour lequel il est nécessaire de s’affranchir des notations. Le deuxième est productif et concerne la consolidation de filières interdépendantes et morcelées. Lire la suite

Inscrivez-vous à la newsletter du Centre Etudes & Prospective 

* : 
* : 
 : 
* : 
 : 

Conformément au Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (RGPD) n° (UE) 2016/679 du 27 avril 2016, mis en application le 25 mai 2018, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, en adressant un mail à caroline.olivier@groupe-alpha.com.
* : champ obligatoire